communauté chinoise au canada

In effect, social, cultural and economic difference are pronounced: new generations are more educated, and thus, are better prepared to succeed and weave themselves into the Canadian economic fabric. Tableau 1. En 2001, les personnes d’origine chinoise représentaient 18 % de l’ensemble des résidents de Vancouver et 9 % de la population de Toronto. En 2001, 63 % des personnes qui ont affirmé être d'origine chinoise ont répondu qu'elles parlaient seulement une langue non officielle à la maison. La présence des immigrants est en quelque sorte proportionnelle au potentiel économique de ces régions. Les Chinois qui habitent la banlieue, particulièrement depuis le milieu des années 1980, jouissent d’un meilleur capital humain et proviennent notamment de Hong Kong ou Taïwan. La communauté chinoise au Canada, 2001. Par exemple les villes de Kitchener et Windsor se distinguent par de remarquables croissances ces dernières années. Depuis les années 1990, les personnes de nationalité chinoise représentent près de 20 % des nouveaux immigrants. En 2001, 24 % des femmes d’origine chinoise étaient des diplômés universitaires, comparativement à 15 % de l’ensemble des femmes canadiennes. Le recensement de 1881 du Canada énumère 4.383 Chinois au Canada, dont 4.350 résidaient en Colombie Britannique, 22 en Ontario, 7 au Québec, et 4 du Manitoba. Au sein de la communauté chinoise, les femmes représentaient 82 % de tous les parents seuls en 2001, alors que cette proportion était de 81 % à l’échelle de l’ensemble de la population. Parallèlement, environ 35 % d’entre eux ont déclaré avoir participé à une organisation comme une équipe sportive ou une association communautaire au cours des 12 mois ayant précédé l’Enquête sur la diversité ethnique de 2002. 15En l’espace d’un siècle les motivations des immigrants chinois entrant au Canada ont donc considérablement évolué : si la fuite de la pauvreté et la misère caractérisait les premiers migrants, à partir de 1967, les migrations sont nettement plus sélectives : elles concernent des étudiants, de personnes qualifiées, des entrepreneurs et d’hommes d’affaires à la recherche d’un environnement plus propice aux investissements et aux initiatives privées (Lai, 2003). Par contre, seulement 5 % environ étaient arrivés au cours des années 60, et 2 % étaient venus au Canada avant 1961. De plus, les personnes d’origine chinoise sont moins susceptibles de vivre en union libre. Des statues du quartier chinois de Vancouver ont été vandalisées dans les dernières semaines (archives). Agenda - Activités; Les associations; La carte du Quartier chinois de Québec; Les origines de la communauté J'ai un collègue qui n'a pas voulu les distribuer, moi je fais confiance", confie à l'AFP Corinne Pière, qui distribue le courrier à la communauté chinoise de Belleville depuis 30 ans. Cette attitude sympathique à l’égard des chinois fut également reflétée dans les jugements de magistrats qui annulaient fréquemment les chefs d’accusation portés contre les immigrants Chinois ou ne leur imposaient qu’une amende minimale. Ottawa est plus en […] Ce fut une grande victoire morale sans être l’égalité rêvée. En 2001, 18 % de la main-d’œuvre masculine active d’origine chinoise âgée de 15 à 24 ans étaient sans emploi, comparativement à 14 % de tous les jeunes hommes canadiens dans cette même catégorie. La recherche dans le domaine laisse entendre que les minorités ethniques se regroupent en enclaves pour des raisons de liens familiaux et communautaires. Lire la suite Dons d'équipements médicaux par la communauté chinoise à Montréal. Notez que si vous employez Internet Explorer ou AOL, les documents PDF ne s'ouvrent pas toujours correctement. Depuis 1900, les Sino-Canadiens tendent à s’établir en milieu urbain et sont maintenant concentrés dans les grandes villes. Les Canadiens d’origine chinoise sont en général plus susceptibles que l’ensemble de la population d’être de jeunes adultes dans la force de l’âge. 4  Alors que la population de la Chine a presque doublé en un siècle (410 millions d’habitants en 1850 contre 200 à 250 millions en 1750), la progression des terres cultivables est restée insuffisante (1 210 millions mu en 1873 contre environ 950 millions mu (mou) ; quinze mu (mou) équivaut à un hectare de terre) (Li, 1988). Au cours de la même période, ils représentaient 6 % des résidents de Calgary, 5 % de ceux d’Edmonton, 4 % de ceux de Victoria et 3 % de ceux de la région de la capitale nationale. En 2001, seulement 5 % des membres de la communauté chinoise âgés de 15 ans et plus vivaient seuls, comparativement à 13 % parmi tous les adultes canadiens. Les nouvelles générations plus diplômées sont mieux préparées pour réussir leur migration et s’insérer dans le tissu économique canadien. La représentation des Canadiens d’origine chinoise parmi les travailleurs indépendants sans entreprise constituée en société était par contre relativement faible. 20Les flux d’arrivants des dernières décennies attestent d’une nouvelle polarisation des immigrants chinois au profit de l’Ontario, de sa capitale économique Toronto évidemment mais aussi plus largement de l’ensemble de sa région métropolitaine. Racisme, taxe d'entrée, violence, mépris des droits les plus fondamentaux, les Chinois seront, dès leur arrivée en 1858, traités comme des citoyens de seconde classe. Selon l’Enquête sur la diversité ethnique, la plupart des Canadiens d’origine chinoise éprouvent un profond sentiment d’appartenance au Canada. Les femmes d’origine chinoise sont toutefois considérablement plus enclines à posséder un diplôme universitaire que les autres femmes. Un peu plus qu’un quart des Canadiens d’origine chinoise ont des revenus inférieurs aux seuils de faible revenu définis par Statistique Canada. leurs épouses au Canada, avait un effet néfaste sur cette communauté en les poussant vers le jeu illégal, l’opium et la prostitution. Si les premiers Chinois arrivés à Ottawa avaient immigré depuis la Colombie-Britannique lors de l’achèvement du réseau ferroviaire, vers la fin du xixe siècle (Li, 2000), la croissance de la population chinoise d’Ottawa est très récente. Outre les considérations spatiales, il convient d’insister sur la perte de cohésion de cette communauté qui se scinde en sous-groupes, où les nouveaux arrivants se distinguent par des comportements plus individualistes. Enfin, tous les résidents chinois au Canada, qu’ils soient naturalisés ou nés Canadiens, doivent payer une taxe de 0,50 $ pour s’inscrire auprès des autorités locales. 5  Il est à rappeler qu’au dix-neuvième siècle, le Canada était encore une colonie britannique. La seconde vague migratoire en Colombie-Britannique s’effectua lors des travaux du chemin de fer transcontinental à la fin des années 1870. Les hommes fuyaient la misère d’un pays où manquait la terre dans un contexte de pressions démographiques exacerbées4. Sputnik fait le point sur cette psychose. En raison de ces préjugéset de cette discrimination repris aussi bien par les politiciens que par le public et … Au cours de la même période, 15 % des jeunes femmes d’origine chinoise faisant partie de la population active étaient sans emploi, comparativement à 13 % de leurs homologues dans l’ensemble de la population. Décès. – « Refugee Flow or Brain? Tandis qu'une proportion supplémentaire de 4 % ont répondu qu'elles parlaient une autre langue en combinaison avec le français ou l'anglais à la maison. Par conséquent, à l’échelle de la région métropolitaine d’Ottawa-Hull, les immigrants chinois sont davantage dispersés que toute autre ville canadienne 17. Fang (D.), Brown (D.), 1999. 29Selon leur culture, leur histoire, leur origine géographique, leur statut socio-économique, les modes de vie et les lieux de vie des immigrants regroupés sous le qualificatif commun de « chinois » varient donc considérablement. En 2001, 56 % des personnes d’origine chinoise âgées de 15 ans et plus ont affirmé n’avoir aucune appartenance religieuse, ce qui se compare à 17 % à l’échelle de l’ensemble de la population. 11À la fin de la seconde guerre mondiale, la communauté chinoise fit porter ses efforts sur deux objectifs principaux : l’abrogation de la Loi sur l’immigration des Chinois (1923) et l’obtention du droit de vote pour les citoyens de la Colombie-Britannique d’origine chinoise (Wickberg, 1984). modifier La communauté chinoise au Québec est l'ensemble d'individus ayant une ascendance chinoise vivant au Québec. En 2001, 4 % des adultes d’origine chinoise élevaient seuls leurs enfants, comparativement à 6 % des adultes dans l’ensemble de la population. La communauté chinoise représente effectivement une proportion substantielle de la population totale de ces deux villes. Les Canadiens sont de plus en plus nombreux à éviter de fréquenter les personnes et quartiers associés à la communauté chinoise. La ville comptait tout juste 1 000 Chinois au début des années 1960 puis 3 800 en 1981 et 7 600 en 1991. À travers ces flux migratoires renouvelés apparaissent de nouvelles stratégies territoriales : Vancouver et la Colombie-Britannique, les portes d’entrée historiques des immigrants asiatiques sur le sol canadien, sont désormais reléguées au second plan compte tenu du dynamisme de la région métropolitaine de Toronto. La même année, ils représentaient 5 % de la population de l’Ontario et 4 % de celle de l’Alberta. », Canadian Journal of Regional Science, vol. Bien que la plupart des Canadiens d’origine chinoise puissent parler au moins une des deux langues officielles, la grande majorité d’entre eux ont une langue maternelle3 autre que l’anglais ou le français. Près de 45 % des Canadiens d'origine chinoise nés à l'étranger provenaient de la République populaire de Chine. Comme le Parlement a adopté cette loi le jour de la Fête du Dominion, la communauté chinoise au Canada a appelé ce jour le « Jour de l'humiliation ». Huhua Cao, Olivier Dehoorne et Vincent Roy, « L’immigration chinoise au Canada : logiques spatiales et nouvelles territorialités », Norois [En ligne], 199 | 2006/2, mis en ligne le 13 décembre 2008, consulté le 16 décembre 2020. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. 23La suburbanisation est le phénomène récent qui caractérise les nouvelles logiques territoriales des immigrants chinois. 3 Population d’origine ethnique chinoise Caractéristiques ethnoculturelles Taille de la communauté 101 880 personnes Faits saillants 2006-2011Lors de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, 101 880 personnes se sont déclarées d’origine ethnique chinoise. En effet les politiques d’immigration ont changé au fil des ans et deux éléments fondamentaux doivent être soulignés : le premier, en 1967, fut l’abolition de l’accès préférentiel accordé aux natifs des pays européens et le second correspond à l’augmentation annuelle du nombre moyen d’immigrants admis qui est passé de 102 000, entre 1981 et 1985, à 235 000, entre 1991 et 1995 3. Répartition de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne en fonction de l'âge, 2001. In addition to spatial considerations, it is important to highlight the loss of cohesion in this community that has divided into sub-groups, where the new arrivals distinguish themselves by their individual and differing behaviour. Les Canadiens d'origine chinoise1 constituent le plus grand groupe ethnique non européen le plus nombreux au Canada. La communauté chinoise doublement victime de la COVID-19 ... des Asiatiques depuis le début de la pandémie sont également observés ailleurs au Canada. Les nouvelles générations plus diplômées sont mieux préparées pour réussir leur migration et s’insérer dans le tissu économique canadien. En 2001, les adultes d’origine chinoise représentaient 3 % de l’ensemble de la population canadienne, mais 9 % de l’ensemble des titulaires d’un doctorat et 7 % des titulaires d’une maîtrise. modifier La communauté chinoise au Québec est l'ensemble d'individus ayant une ascendance chinoise vivant au Québec. En 2001, 8,4 % de la population d’origine chinoise étaient sans emploi, comparativement à 7,4 % de l’ensemble de la population. Un réseau d’entraide pour les voyageurs et expatriés chinois revenant de Chine s’est créé sur la messagerie WeChat, un système animé par des bénévoles. En 2000, les revenus moyens des femmes d’origine chinoise équivaux 72 % de ceux de leurs homologues masculins, alors que ce chiffre était de 62 % dans l’ensemble de la population. 10Ces séries de restrictions à l’encontre les immigrants chinois n’ont pas eu d’effet significatif sur les arrivées comme en atteste la progression régulière des effectifs d’immigrants chinois en Colombie-Britannique 9. Mais dès les années 1890, les Chinois furent confrontés à une réduction constante des emplois accessibles face aux pressions de syndicalistes et d’hommes politiques : l’assemblée législative de la Colombie-Britannique légiféra pour interdire l’utilisation de la main-d’œuvre asiatique 7. Lorsqu’on s’écarte des analyses purement statistiques, dans son acceptation la plus large, son emploi signifie les immigrants des deux dernières décennies. Toutefois la situation de Vancouver est plus nuancée car depuis 1975 elle a perdu progressivement son statut de la première ville d’accueil pour les immigrants chinois. Cet article a été reçu le 14 juillet 2005 et définitivement accepté le 10 avril 2006. À mesure que la population augmentait, Chinatown a commencé à être surpeuplée. L’histoire des Chinois au Canada débute au moment de la ruée vers l’or et de l’unification du pays d’est en ouest avec la construction du chemin de fer. La majorité des immigrants d'origine chinoise sont arrivés au Canada il y a relativement peu de temps . Enfin, en 1903, le Parlement du Canada adopta une nouvelle loi fixant le droit d’entrée de 500 dollars mais exemptant six catégories de personnes : les commerçants établis (une définition imprécise de cette catégorie a entraîné des abus), les diplomates, les ministres de culte, les touristes, les étudiants et les hommes de science (Wickberg, 1984). Ellen Scheinberg. Le dynamisme économique de la région, notamment dans le domaine des nouvelles technologies, est décisif. Toutefois, la quatrième catégorie d’admission permettait aux citoyens canadiens ou aux résidents permanents de parrainer des citoyens de n’importe quels pays d’Europe ou d’Amérique. En 2000, 55 % des adultes d’origine chinoise de 15 ans et plus vivant seuls touchaient un faible revenu comparativement à 38 % parmi leurs homologues dans l’ensemble de la population. En 2000, le revenu moyen des femmes adultes d’origine chinoise âgées de 15 ans et plus était de moins de 21 000 $, alors que celui des hommes était de 29 000 $. Related Subjects: (10) Canada -- Census, 2001. Les Japonais au Québec Au Québec, les Japonais arrivent après que la Seconde Guerre mondiale éclate, quand le gouvernement canadien suscite le départ des Japonais canadiens de la côte ouest canadienne, où ils étaient considérés comme des représentants d’une nation ennemie. En 2001, 60 % des hommes d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus faisaient partie de la population active rémunérée, comparativement à 52 % des femmes adultes d’origine chinoise. Englobent la rémunération totale provenant d'un travail indépendant. Comme dans l’ensemble de la population, les femmes d’origine chinoise touchent un revenu inférieur à leurs homologues masculins. Pour la majorité (77,7 %) d’entre elles, il s’agit d’une origine unique, tandis que 22,3 % ont Un sondage révèle l’ampleur du racisme envers la communauté chinoise au Canada CBC/Radio-Canada. En 2001, 18 % de tous les Canadiens d’origine chinoise occupant un emploi parlaient le plus souvent une langue non officielle au travail. Un sondage révèle l’ampleur du racisme envers la communauté chinoise au Canada. Les immigrants des années 1950 étaient notamment des femmes et enfants qui furent séparés de leur mari et/ou père durant la longue période d’exclusion. Au cours de la période de 1974 à 1988, la plupart des Chinois continentaux 13 arrivaient au Canada pour rejoindre leur famille ou par l’entremise de leur réseau social. En effet, pour eux, cette loi était la forme ultime d'humiliation. Ces flux composés essentiellement d’hommes célibataires s’inscrivaient dans le prolongement de migrations déjà engagées en Asie du Sud-Est et dans les empires coloniaux en général. Le Quartier chinois virtuel de Québec Les origines de la communauté chinoise de Québec (2 de 4) par Christian Samson: communautés chinoises s’y installent plus ou moins rapidement. Le racisme institutionnel est perpétué au Canada par la Loi de l’immigration chinoise et par plus d’une centaine d’autres politiques qui privent les Chinois d’un certain nombre de droits, notamment le droit de vote, la pratique des professions juridiques et de la médecine, l’exercice de fonctions officielles, la recherche d’emploi sur des projets de travaux publics ou la possession de terres de la Couronne. La région métropolitaine de Toronto figure en tête avec 43 % du total des nouveaux immigrants chinois ce qui correspond à 54 930 personnes supplémentaires lors de la dernière période intercensitaire et 30 415 entre 1991 et 1995. Asie-Canada. Dans tous les autres provinces et territoires, la communauté chinoise représentait 1 % ou moins du nombre total de résidents. La semaine dernière, des responsables de la santé et de la communauté chinoise à Toronto ont mis en garde contre une résurgence du racisme et de la xénophobie qui s'étaient manifestés lors de l'épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003. Bref, les nouvelles politiques de 1962 permettaient aux Chinois sans lien de parenté au Canada de s’engager pour la première fois depuis 1923 comme immigrant indépendant, d’Ottawa provenaient soit de Hong Kong ou Taiwan, des territoires chinois beaucoup plus occidentalisés à la République populaire de Chine beaucoup plus occidentalisés et orientés vers les affaires, et ceux-ci parlaient le cantonais et l’anglais et étaient souvent de croyance chrétienne. Toutefois en même temps, un Canadien d’origine chinoise sur trois (34 %) a effectivement affirmé avoir souffert de discrimination ou d’un traitement injuste fondés sur son origine ethnique, sa race, sa religion, sa langue ou son accent au cours des cinq dernières années ou depuis son arrivée au Canada. WikiZero Özgür Ansiklopedi - Wikipedia Okumanın En Kolay Yolu . Quelque 1 500 Chinois expérimentés arrivèrent des États-Unis pour travailler à la construction du chemin de fer entre 1880 et 1881 (Lai, 1988 ; Wickberg, 1984). Wickberg (P.) (éd. Canada -- Population -- Statistics. En 2006, il y avait 1 216 565 Canadiens d'origine chinoise, dont 79 825 au Québec . Comme dans l’ensemble de la population, les hommes d’origine chinoise sont un peu plus instruits que les femmes d’origine chinoise. Dans le Recensement, les répondants ont déclarés leur revenu de l'année précédente. Ces premiers immigrants chinois provenaient d'une toute petite région du sud de la Chine et parlaient les dialectes de cette région. En effet, les Canadiens d’origine chinoise qui habitent au Canada depuis 1981 ont un taux d’emploi plus élevé que la population globale. Selon la presse, en 1888, il n’y a qu’environ trente Chinois à Montréal, mais ce nombre augmente et en 1895, on compte déjà plus de 500 résidents de la ville qui sont d’origine chinoise… La ville compte désormais un immigrant pour cinq résidents et une personne sur cinq appartient à une minorité visible. La communauté chinoise du Canada est surtout concentrée en Ontario et en Colombie-Britannique . Environ 30 % d'entre eux étaient nés à Hong Kong et près de 10 % étaient nés à Taïwan. En 2001, 86 % de tous ceux qui ont signalé être d’origine chinoise ont déclarés n’avoir que des racines chinoises, alors que 14 % ont affirmé qu’ils avaient également d’autres origines ethniques. Pour visualiser (ouvrir) ces documents, cliquez simplement sur le lien. Revenus moyens de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne, selon le groupe d'âge et le sexe, 2000. – « The Impact of Canada’s New Immigration Act on Chinese Independent Immigrants », Canadian Journal of Urban Research, vol. Ces derniers privilégient les nouveaux pavillons situés en banlieue au détriment des plus anciens logements du quartier chinois et la vie de banlieue semble être l’alternative idéale dans leur processus d’intégration. Par exemple, 64 % de ceux qui avaient droit de vote ont affirmé avoir voté lors des élections fédérales de 2000, tandis que 60 % ont signalé avoir voté lors des dernières élections provinciales. Ensuite il est à noter une modeste diffusion vers les autres centres urbains du pays que l’immigrant ne perçoit qu’en terme de périphérique où son installation est alors conçue comme une étape dans le cadre de sa stratégie professionnelle qui doit le conduire inéluctablement vers les régions métropolitaines les plus dynamiques. Ils sont en même temps en général moins susceptibles d’être des aînés ou d’approcher de l’âge de la retraite. non-croyants, plus qualifiés comme des docteurs, des ingénieurs et des professeurs provenant de la Chine continentale, une société beaucoup plus traditionnelle qui parle majoritairement le mandarin. 2008-03-22 . Tout comme pour les jeunes chinois nés sur le sol canadien qui aiment s’y retrouver, renouer avec leur culture lors de grands événements. Ce sont des immigrants indépendants, investisseurs et hommes d’affaires. Avec la découverte d'or en Colombie-Britannique en 1858, des immigrants chinois de San Francisco ont commencé à arriver dans la vallée du Fraser l'année suivante. La part relative des nouveaux immigrants chinois y diminue tandis que ces derniers à l’échelle de ces provinces se concentrent dans les cinq régions métropolitaines (essentiellement Calgary et Edmonton) à plus de 93 %. Entre 1891 et 1901, son effectif avait presque doublé, passant de 9 129 personnes à 17 312, pour atteindre un total de 27 831 individus dix ans plus tard. Récemment, la communauté chinoise a demandé à l'ambassadeur de la France d'établir le local de l'Alliance française dans un centre communautaire de la communauté chinoise. 16L’immigration chinoise au Canada revêt donc une nouvelle dimension à partir des années 1980 compte tenu de l’abolition de l’accès préférentiel accordé aux Européens, de l’augmentation annuelle du nombre d’immigrants admis et des nouvelles libertés de déplacement accordées par la Chine à ses ressortissants. La langue des affaires de la communauté chinoise d’Ottawa est donc aujourd’hui le mandarin. La grande majorité demeurait concentrée en Colombie-Britannique et quelques-uns poursuivaient leur route vers l’Est canadien dès 1880. En 2001, 10 % des personnes d’origine chinoise âgées de 65 ans et plus vivaient seules, comparativement à 29 % parmi l’ensemble des aînés au Canada. Au Québec, la communauté chinoise s’organise. Profils de communautés ethniques au Canada. En 2000, près de trois de ces femmes sur quatre (74 %) touchaient des revenus inférieurs aux seuils de faible revenu, comparativement à 59 % des hommes aînés d’origine chinoise libres de liens familiaux et à 43 % de l’ensemble des femmes aînées âgées de 65 ans et plus. La maladie avait fait 44 morts au Canada. Entre 1996 et 2001, par exemple, le nombre de personnes ayant affirmé être d’origine chinoise a augmenté de 19 %, alors que la population générale a augmenté de 4 %. Les adultes canadiens d’origine chinoise sont moins enclins à vivre seuls que les autres adultes canadiens. La communauté chinoise continue de faire des affaires dans le coin, tout en conservant ses traditions en célébrant par exemple le nouvel an chinois. URL : http://journals.openedition.org/norois/1895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/norois.1895, Département de géographie, Université d’Ottawa - Ottawa, Ontario - Canada  K1N 6N5,caohuhua@uottawa.ca, GEODE –CARAIBE (E.A. Sam Wong (1963-1984) Mambo (1955-1973) Woo's House (1968-1995) Menu du Woo's House; On estimait que les Chinois étaient trop pauvres pour payer une telle somme et qu'en conséquence ils ne pourraient pas immigrer au Canada. Les aînés canadiens d’origine chinoise touchent par ailleurs des revenus relativement faibles. À cela s’ajoutent la diversité des origines géographiques de ces migrants issue du monde sinisé et le poids des événements historiques. Le quartier est donc délaissé par les nouveaux migrants aux statuts économiques plus confortables qui privilégient davantage les boutiques chinoises dispersées dans centres commerciaux de banlieues. Communauté › Chinois-Québec-Canada; Le Quartier chinois virtuel de Québec Les Chinois du Québec et du Canada en quelques dates par Michel Parent: 1825 Un premier Chinois est recensé à Montréal. À Toronto, N. Keung (2004) souligne que la plupart des quartiers chinois, contrairement au passé, se situent principalement en banlieue ; moins de 10 % de ceux-ci se localisant au centre-ville. De plus, les Canadiens d’origine chinoise sont en général aussi susceptibles que les Canadiens de l’ensemble de la population active d’être des travailleurs indépendants ayant une entreprise constituée en société.

Messi Vidéo Télécharger, Itel A16 Firmware Hovatek, Circuit Carole Contact, Ansu Fati Salaire, Voyage Réunion Tout Compris Leclerc, Coupe-bordure Coop Brico, Video Qualif F1, 24h Du Mans Virtuel Résultat, Birmanie Carte Touristique,