météo saint aygulf 25 jours

RABAT, Morocco – Journalist Omar Radi is straightforward when explaining why he attended a recent rally to protest the detention of fellow journalist Hajar … 1991) is an independent Moroccan journalist. A Rabat court sentenced journalist Hajar Raissouni to one year in prison, on charges of “having an illegal abortion and sexual relations outside marriage”. Le couple est condamné à un an de prison, tandis que le gynécologue à deux ans de prison. Cette mesure est à la fois saluée et critiquée par des groupes de défense des droits humains, notamment la Coalition pour les femmes dans le journalisme (CFWIJ), qui note que, bien qu'il s'agisse d'une excellente nouvelle pour Hajar Raissouni, la grâce ne rend pas justice aux problèmes que les femmes journalistes abordent dans le pays : « Hajar n'est libre que par cette grâce et non parce qu'il a été reconnu que l'État n'avait pas à mettre son nez dans sa vie personnelle. modifier - modifier le code - modifier Wikidata. Journaliste au quotidien arabophone « Akhbar Al-Yaoum », Hajar Raissouni est également la nièce d’Ahmed Raissouni, président de l’Union internationale des oulémas musulmans et ancien président du Mouvement unicité et réforme (MUR, islamiste). Her father was a farmer and her mother is a housewife. After getting her baccalaureate, she moved to Salé in 2009 and enrolled at the Faculty of Sciences in Rabat. Sur les photos diffusées par ses proches, elle est souriante, porte des lunettes et un voile de couleur vive. La famille et les partisans d’Hajar Raissouni soutiennent que l'accusation et la condamnation ont été motivées par des raisons politiques, liées en partie à son métier de femme journaliste[4],[8]. She enrolled in law school and then in political science while publishing her first articles in Al Ahdath Al Maghribia, a left-wing Arabic-language daily. C’était il y a un an. [5] The police had been investigating the clinic for abortions[5] Hajar Raissouni and Dr. Jamal Belkeziz said she was there to receive treatment for internal bleeding. [11], On October 17, 2019, King Muhammad VI gave Hajar Raissouni, her partner Rifaat Al Amine, her gynecologist Dr. Jamal Belkeziz, and the second doctor and the assistant from the clinic, a royal pardon. Soulaiman Raissouni arrêté en mai dernier, est quant à lui accusé d’avoir agressé sexuellement un autre homme. La journaliste marocaine Hajar Raissouni à sa sortie d'une prison de Sale, près de la capitale, Rabat, le 16 octobre 2019. Recently, she was interested in street children and was preparing a survey on the Christian community resulting from sub-Saharan immigration in Morocco. Where she has been released because of the extreme backlash the country had to face, we have to think of situations where a journalist may not hold the same kind of attention in the news," the organization said. [6], Raissouni and her partner Rifaat Al Amine were both sentenced to a year in prison,[5] while the gynecologist, Dr. Jamal Belkeziz, was given 2 years in prison. Le procès d’Hajar Raissouni, reporter du quotidien arabophone Akhbar Alyaoum, un des derniers #FREEHAJARSIGNEZ LA PETITIONjournaux indépendants au Maroc, s’est ouvert ce lundi 9 septembre devant le tribunal de première instance de Rabat. "[13], The move was simultaneously welcomed and criticized by rights groups, including The Coalition For Women In Journalism which noted despite being great news for Hajar, the pardon did not do justice to the issues that women journalists are tackling in the country. Hajar Raissouni (en langue arabe : هاجر الريسوني), née en 1991, est une journaliste marocaine indépendante. Emprisonnée depuis le 31 août pour “avortement illégal” et “débauche”, son arrestation a relancé le débat sur les libertés, individuelles mais aussi politiques, au Maroc, relate RFI dans sa Revue de presse Afrique. Le cas d'Hajar Raissouni déclenche la campagne Kharija Ala L'Qanun (خارجة على القانون) ou Outlaws, une campagne militante pour la légalisation de l'avortement et des relations sexuelles hors mariage au Maroc[4]. In 2019, she was arrested and sentenced to a year in prison for allegedly having an illegal abortion and sex out of wedlock, though she was later pardoned by King Mohammed VI. Sami Elmoudni, président du Forum marocain des jeunes journalistes Sur cette base, le journaliste estime que «la place de Hajar Raïssouni n’est pas en prison : elle n’a pas été arrêtée pour une malversation avérée ou pour avoir porté atteinte à la société d’une manière ou d’une autre». Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hajar Raissouni, journaliste marocaine, est en détention depuis samedi 31 août et risque deux ans de prison ferme pour « avortement illégal ». Son cri d’innocence, les preuves médicales n’y ont rien fait. Hajar Raissouni (Arabic: هاجر الريسوني‎; b. C'est l'histoire d'un Maroc d'un autre âge, que les touristes qui arpentent les rues de Marrakech ne soupçonnent pas. After a bachelor's degree in mathematics, she changed her path and choose to be a journalist. Arrêtée le 31 août, elle a été accusée d’avortement illégal et de relations sexuelles hors mariage, attaques relayées par … Arrêtée pour avortement illégal le 30 août dernier et maintenu en détention depuis, la journaliste dénonce des “accusations fabriquées” et Le procès de Hajar Raissouni, journaliste marocaine jugée à Rabat pour "avortement illégal" et "relations sexuelles hors mariage", a été reporté, lundi, à fin septembre. Hajar Raissouni est libre - Merci pour votre mobilisation à tous ! [14], Raissouni's case sparked the Kharija Ala L'Qanun (خارجة على القانون) or Outlaws campaign, an ongoing campaign for the legalization of abortion and sex outside marriage in Morocco. En 2019, elle est arrêtée et condamnée à un an de prison pour avoir prétendument eu un avortement illégal et des relations sexuelles hors mariage, bien qu'elle ait ensuite été graciée par le roi Mohammed VI[2],[3]. Son arrestation le 31 août a relancé le débat sur les libertés individuelles et de la presse. Hajar Raissouni et le Dr Jamal Belkeziz déclarent que le rendez-vous est lié à l’administration d’un traitement pour une hémorragie interne[4]. Rabat, Morocco (CNN) A Moroccan journalist has been sentenced to a year in prison after … Reporters sans frontières appelle à la libération immédiate et sans condition de la journaliste marocaine Hajar Raissouni, arrêtée le 30 août 2019 et détenue en attente d’un jugement où elle risque jusqu’à deux ans de prison pour "avortement illégal" et "relations sexuelles hors mariage". Les proches de la jeune femme dénoncent un procès politique lié à … Coalition pour les femmes dans le journalisme (CFWIJ), https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Hajar_Raissouni&oldid=176120613, Personnalité de la défense des droits de l'homme au Maroc, Portail:Biographie/Articles liés/Culture et arts, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. [5] In her article in the New York Times, Aida Alami noted that "Reporters Without Borders ranks Morocco 135th in its annual press freedom index. Hajar Raissouni a 28 ans. "[1], Hajar Raissouni's uncle, Ahmad al-Raysuni, is a former leader of an Islamist group with significant political influence in Morocco,[8][9] though he has spoken out in condemnation of the political campaign to change the laws that were used to condemn Hajar Raissouni. Le second médecin et l’assistante de la clinique sont eux condamnées avec sursis[7]. Le procès de la journaliste Hajar Raissouni, 28 ans, prévu le 9 septembre a été reporté au 16. La journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an d’emprisonnement « pour avortement illégal », a été remise en liberté le 16 octobre 2019, à la faveur d’une grâce royale. Selon un communiqué officiel du ministère marocain de la Justice : « Dans le cadre de la compassion et de la miséricorde de Sa Majesté le Roi, celui-ci a cherché à protéger l'avenir des deux fiancées qui entendent fonder une famille dans le respect de l'État de droit, malgré l'erreur qu'elles ont pu commettre et qui a donné lieu à des poursuites judiciaires »[3]. [1] Another doctor and an office assistant at the clinic were given suspended sentences. She grew up in a conservative family. Sa nièce, Hajar Raissouni, journaliste dans le même journal que son oncle, avait elle-même été poursuivie l’année dernière pour … La journaliste marocaine Hajar Raissouni, 28 ans, a été condamnée lundi à un an de prison ferme pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage » par le tribunal de Rabat. Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison ferme le 30 septembre pour «avortement illégal» et «relations sexuelles hors mariage», a été libérée mercredi soir. A Moroccan journalist has been sentenced to a year in prison for premarital sex and having an abortion, in a case activists say is part of a crackdown on critical reporters. [1] In 2019, she was arrested and sentenced to a year in prison for allegedly having an illegal abortion and sex out of wedlock,[2] though she was later pardoned by King Mohammed VI. Hajar Raissouni (Arabic: هاجر الريسوني‎; b. Lors du procès, la journaliste a pu prouver scientifiquement qu'elle n'avait pas avorté, mais elle a tout de même été reconnue coupable pour avortement illégal. Le 31 août, elle a été arrêtée aux portes d’une clinique de Rabat. She was hired at Attajdid, the daily newspaper of the Justice and Development Party (PJD) where she worked for two years. Dans son article paru dans The New York Times en 2019, la journaliste Aida Alami note également que Reporters sans frontières classe le Maroc au 135e rang de son classement annuel de la liberté de la presse[2]. L'un des objectifs de la campagne est la réforme des lois sur l'avortement, qui n'autorisent actuellement l'avortement que si la vie de la femme enceinte est en danger[5],[6]. 1991) is an independent Moroccan journalist. [3], Hajar was born in 1991 in Larache, Morocco. At the time, Hajar was close to the Movement for Unity and Reform [fr] (MUR) created by her uncle Ahmad al-Raysuni. [7], Raissouni's family and supporters believe the accusation and sentence were politically motivated. [5], "Morocco's King Pardons Journalist Sentenced on Abortion Charge", "Moroccan Journalist Sentenced to Prison for Abortion and Premarital Sex", "المغرب: الملك محمد السادس يصدر عفوا عن الصحافية هاجر الريسوني المسجونة بسبب "الإجهاض, "Au Maroc, Hajar Raissouni, journaliste discrète, devenue un symbole", "Moroccan king pardons journalist jailed for having an abortion", "Moroccan journalist receives one-year prison sentence for 'illegal abortion, "Moroccan court jails journalist on abortion charge that she denies", "After slamming individual freedoms defenders, Ahmed Raissouni defends his point of view", "La journaliste Hajar Raissouni condamnée à un an de prison ferme au Maroc pour " avortement illégal, "Moroccan journalist jailed for 'illegal abortion' pardoned by king", "We are delighted that Hajar Raissouni has been pardoned, https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Hajar_Raissouni&oldid=983497548, Creative Commons Attribution-ShareAlike License, This page was last edited on 14 October 2020, at 15:38. (FADEL SENNA / AFP) La dernière modification de cette page a été faite le 1 novembre 2020 à 10:19. Maroc : condamnée pour « avortement illégal », la journaliste Hajar Raissouni graciée par Mohammed VI. Ce lundi 23 septembre reprendra le procès de la journaliste marocaine Hajar Raissouni. Cette grâce a également été accordée à son fiancé et aux trois membres du personnel … [4], During 2015, Hajar distanced herself from the movement and then left Attajdid in 2016. Lorsqu'elle a été libérée en raison du choc extrême auquel le pays a dû faire face, nous devons penser à des situations dans lesquelles une journaliste peut ne pas avoir le même genre de traitement »[13]. [10], The case stirred significant controversy in Morocco. [5] She works as a journalist for Akhbar Al Yaoum, an independent news outlet critical of the state. [12] An official statement from the Moroccan Ministry of Justice explained: "In the context of His Majesty the King's compassion and mercy, His Majesty's sought to protect the future of the two fiancées that intend to start a family in accordance with the rule of law, in spite of the mistake that they may have made, which led to legal prosecution. Hajar Raissouni, jeune journaliste à la plume vive et libre dans l’un des tout derniers quotidiens indépendants du Maroc, Akhbar El Youm, était incarcérée pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage ».

Vocabulaire Français Débutant, Livre Adapté En Film 2019, Ville De Genève Sport, Isolant Mince Sol, Telecharger Steel Panther,